Demande de retrait des projets de règlements et de la Loi sur les hydrocarbures

by / lundi, 25 septembre 2017 / Published in Communiqués

Alerte Pétrole Rive-Sud vous présente le communiqué signé le 21 septembre 2017 par les groupes citoyens, environnementaux, et syndicaux, demandant le retrait des projets de règlements et de la Loi sur les hydrocarbures

Les groupes citoyens, environnementaux et syndicaux réagissent vivement aux projets de règlements de mise en œuvre de la Loi sur les hydrocarbures que le gouvernement de Philippe Couillard a rendus publics ce mercredi. Ils demandent le retrait pur et simple ainsi que la suspension de la Loi sur les hydrocarbures. Après avoir eu l’odieux de passer cette loi en force sous le bâillon alors qu’une grande majorité de la société civile s’y opposait, le gouvernement provincial ajoute l’injure à l’insulte en autorisant des forages à proximité des zones habitées et dans les plans d’eau.

Pour Carole Dupuis, coordonnatrice générale du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec, autoriser la fracturation hydraulique en 2017 est « rétrograde » et les distances séparatrices minimales variant de 40 à 275 mètres entre les puits de forage et le fleuve, les lacs et rivières, les parcs nationaux, les sites patrimoniaux, les établissements de santé et d’éducation, les garderies, les maisons constituent des menaces bien réelles pour l’eau potable des Québécoises et des Québécois.

« C’est totalement irresponsable par rapport à la réalité scientifique qu’on connaît. Avec ces projets de règlements, Philippe Couillard dit aux citoyens, aux agriculteurs et aux municipalités : Tassez-vous, les maîtres chez nous dorénavant, ce sont les pétrolières et les gazières ».

Au Québec, c’est maintenant près de 300 municipalités qui réclament une dérogation au gouvernement provincial pour mieux protéger leur eau potable, dérogation que ce dernier refuse jusqu’à présent de leur accorder. Pourtant, c’est en se basant sur les données scientifiques qu’elles demandent une distance minimale séparatrice de 2 km entre les puits et les zones habitées.

« Protéger l’eau c’est protéger la santé des citoyens et celle de notre environnement. Ces mesures mettent en danger le plus grand trésor du Québec : l’eau », dénonce Martine Chatelain porte-parole de Eau Secours, la coalition québécoise pour une gestion responsable de l’eau.

Pour lire la suite de ce communiqué, cliquez ici.

TOP